La localité Pardina est située sur la rive droite du bras Chilia Veche sur une longueur de 6 km et est positionnée à une distance de 42 km du municipe Tulcea. La commune Pardina est localisée au nord-ouest du departement Tulcea, dans le périmètre du Delta du Danube, étant délimitée: au nord par le bras Chilia; à l’est par le territoire administratif de la commune Chilia Veche; au sud par les communes Maliuc et Crişan; à l’ouest par le territoire administratif de la commune Ceatalchioi et la ville Tulcea.

Les voies d’accès vers la localité sont la voie navale et la voie routière, la distance entre Pardina et Tulcea est 37km.

Les habitants ont émigré d’Ukraine (le XIXe siècle) en Empire Ottoman, plus exactement en Delta du Danube, où ils étaient reçus par les Turcs, pour peupler la zone, pour l’utiliser contre les russes qui leur étaient voisins et pour prendre leur tribut pour la Porte Ottomane.

L’abandon du territoire a été accusé par l’invasion répétée des grands propriétaires fonciers polonais nommes „Pania” qui les pillaient de leurs fortunes. Leur profession de base était l’élevage du bétail et la pêche. Au début on ne connaissait pas exactement la date de fondation de ce village, parce que les réfugiés ukrainiens se sont établis ca et la dans cette région.

L’occupation ottomane a donnée des dispositions que ces familles isolées se concentrent et forment un groupe plus grand de familles, c’est-à-dire villages pour pouvoir les dominer et contrôler plus facilement.

Le nom de la localité provient du “pardin”, mot d’origine ukrainienne  qui signifie ombrelle. Les habitants racontent qu’un gouverneur d’une province turque est venu se promener en Delta du Danube avec sa femme. En s’arrêtant à l’ombre des saules, la femme du gouverneur a oublié son ombrelle sous un saule. En remarquant le manque de l’ombrelle, la femme du gouverneur a commencé à s’écrier en turque “partisa, partisa”,  ce qui signifie ombrelle en ukrainien “pardin”.

Ce nom dans le dialecte ukrainien signifiait „Pardin”. La population qui a entendu dire cette histoire a donné le nom au point où le gouverneur turque s’est arrêté „Pardin„ (le nom ukrainien de l’ombrelle) et le village s’est nommé „Pardina.” Cela s’est passé dans la première moitié du XIX siècle.

La population actuelle est formée par les ethniques ukrainiens et moldaves dont les occupations principales sont l’élevage du bétail et la culture agricole et la pêche. Dans la localité Pardina il y a un important centre pour la valorisation du roseau.

Trajets touristiques

  • Pardina – commune – Ostrov Pardina – Delta du Danube/Danube (Bras Chilia) – Lac Tigaiu Mare – Lac Bacim – 1Mai;
  • Tulcea – Chilia Veche sur la route Tulcea – Canal Mila 36 – Canal Sireasa – Canal Şontea – Canal Războiniţa – Canal Stipoc – Canal  Pardina – Chilia Veche;
  • Chilia Veche – Bras Chilia – Bras Babina – Bras Cernova – Bras Sulimanca – Lac Merheiu Mic – Lac Merhei – Lac  Babina – Canal  Rădăcinoasele – Canal  Pardina – Chilia Veche.
Coutumes et traditions

De nos jours on pratique pendant la nuit de Résurrection un feu immense dans les roues de caoutchouc   qui remplace le bois. Dans le passe, le feu était allumé dans la cour du cimetière, lieu où se trouve l’église, mais à cause des incidents passés (allumage spontanée de l’herbe sèche ou des croix en bois), la place a été transférée en dehors de l’enceinte. Dès le petit matin du jour avant la Résurrection du Seigneur (samedi le matin), les jeunes enthousiastes pour le rôle qu’ils ont ce jour-là, se rassemblent en groupes et commencent à cueillir les caoutchoucs ou troncs d’arbres qu’ils déposent sur la plate-forme de terre derrière du cimetière.

Le feu est allumé près du minuit et a la signification de transmettre la sainte lumière aux morts. Pendant la messe, a la chaleur et lumière du feu, les jeunes réunis de tous les coins du monde, racontent les souvenirs d’enfance. C’est une bonne occasion de revoir et réconciliation, accompagnés par un verre de vin rouge.

Les cantiques de Noël dans le siècle passé étaient chantés en ukrainien, mais à cause de la perte d’identité culturelle, ils ont été adaptés à nos temps, pris des manuels scolaires. Marius Cicîrma, le directeur du Foyer Culturel Pardina dans la période 2004-2007, a initié une étude parmi les habitants, en apprenant quelques-unes des coutumes qui sont maintenant seulement une légende. Ainsi, au dire des vieux du village, dans leur jeunesse de jadis, ils se rassemblaient filles et garçons de tous les âges pour annoncer la Naissance du Seigneur. La Veille du Noël qui était toujours un vieux rite, commençait par l’ornement du réverbère special désigné pour les cantiques du Noël. Il a une forme octogonale dont les côtés sont en verre et le squelette présente une belle dentellerie métallique. Au centre il y a un dispositif qui permet introduire une chandelle épaisse. Ce réverbère doré était porté par le groupe de chanteurs de Noel pour illuminer la route. Prévu avec un long bâton de presque 3 mètres, il était richement garni avec essuie-mains, basilic, fleurs immortelles ou petites branches de sapin.

“Melanca”, le cantique de la Veille du Noel était une femme laborieuse avec un balai à la main, rôle interprété souvent par un garçon. Les mots ukrainiens et les gestes de renouvellement de la maison avaient le rôle d’aider et inciter l’hôte croyante de terminer les travaux domestiques avant le Noël. Donc, Melanca balayait la maison, arrangeait les coins des taies d’oreiller, faisait le lit ou arrangeait les mets sur la table.

A la Veille du Noel, les enfants et les adultes vont à « vecera » aux grands-parents ou aux parrains de baptême ou de mariage, selon le cas. Cette coutume est gardée encore, même si elle a souffert de petites adaptations. Apres le cantique de Noel finit, on prépare une sorte de brioche ou du pain couvert en essuie-main (serviette) et on fait don d’objets des vêtements ou d’autre nature. Arrives a la destination, on prononce en ukrainien ou en roumain les mots: « bună seara sfânta seară, m-a trimis mama și tata cu vecera » (Bonsoir Sainte Soirée, mon mère et mon père m’ont envoyé à vecera)  et reçoivent en échange la bénédiction et les vœux de Noel pour ceux qui les ont envoyés. Ensuite ils sont servis avec « cuchia » (blé bouilli dans un mélange liquide de miel, biscuits, biscotte, écorce d’orange et limon, noix, essences etc.) et « ozvar » (compote de fruits locaux séchés au soleil pendant l’été, parfois on ajoute quelques grains de riz). Apres le festin au départ ils reçoivent aussi un «colac» (sorte de brioche) ou du pain, une serviette et quelque chose pour chaque membre de la famille (chaussettes, mouchoirs, savons, etc). D’habitude les parents portent le vecera aux parrains de mariage et les enfants aux grands-pères et aux parrains de baptême.

Climat

Du point de vue du climat dans la commune Pardina on enregistre un climat tempéré-continental.

  • La température moyenne annuelle est 11,4°C.
  • l’humidité de l’air est élevée, plus de 80%, suite aux superficies à eau et marécageuses et au basin marin de voisinage